Mama in Tôkyô

par mme2maintenant

La vie de mère ici est assez….comment dire… spéciale. Et après bientôt quatre mois dans ce nouveau rôle, je me dois de vous dire à quoi cela ressemble. La maman japonaise se lève fraiche et disponible à 5h30-6h du matin. Après avoir fait ses soins visages et son maquillage, elle mange puis cuisine les bentos de toute la famille. Une fois que tout le monde est parti (école, boulot…), elle a jusqu’à 10H pour faire une lessive et l’étendre, faire le ménage de toute la maison, et s’occuper du petit dernier. Car oui la Japonaise est censée être une vraie Bree Van De Kamp. Vient ensuite le repas de midi, qu’on a cuisiné avec les enfants « pour passer un moment ensemble » ou qu’on va manger avec des amies mamans si on a pas de petit dernier sur les bras.

photo

L’après-midi c’est shopping, souvent avec une autre copine maman. La maman Japonaise est écolo et mince donc elle va faire ses courses à pieds ou en vélo (sur lequel elle arrive à mettre ses trois mouflets.) et avec un écobag. Dans l’univers de ses mamans, on ne sourit et on ne s’intéresse  qu’aux autres mamans qui répondent aux critères sociaux : Exit le maquillage visible,les fringues tape à l’œil, les tattoo, la cigarette, les étrangers et les kilos superflus (donc je vais bien me faire foutre, surtout que je cumule moi…). Ses enfants doivent savoir se tenir et se taire (surtout se taire) pour ne pas « leurs foutre la honte ». Dans les transports en commun, elle ne s’occupe pas de ses enfants donc ils sont collés à leurs DS, ça laisse du temps pour parler entre mamans ou envoyer des textos

Après retour à la maison et préparation du repas du soir et récupérer les enfants chez les grands-parents. Puis on s’occupe de rentrer le linge, on mange avec les enfants et on se couche avec eux après avoir regardé le dernier drama à la mode. Papa mangera les restes froids qu’elle lui a préparé sur la table. Elle n’invite pas les gens chez elle car elle ne veut pas avoir à ranger la maison. Donc le linge peut sécher à l’intérieur, accroché un peu partout. Elle n’aime pas que ses enfants s’approchent d’étrangers mais envie les étrangères et trouve leurs bébés plus beaux. Elle a l’air d’être toujours en colère car elle n’a pas tous les trucs chers à la mode. (Louis Vuitton, etc..) et elle veut toujours faire des économies.

« Et pour les expatriées » tu me diras ? Je ne sais pas trop vu que je ne traine pas avec (mais va falloir pour Petit Bonhomme). Côté Françaises, de ce que j’ai vu, elles ont l’air de vivre dans un microcosme français donc elles ne sortent pas. Elles râlent sur les Japonais et leurs façon de vivre. Elles ne parlent pas japonais ! Leurs gosses sont un peu en vacances toute l’année car ce n’est pas la France donc on s’en fou. Elles vivent à la Française en plein Tôkyô et se plaignent sur le prix des camemberts et des légumes alors qu’elles vivent dans un F5 en plein centre de Tôkyô souvent avec leurs loyers pris en charge par la banque de leurs maris (ah ben oui, il existe celui-là !). Elles vont aux réunions de l’ambassade (ceux sont bien les seules) et surtout elles ont un avis sur tout ce qui se passe en France.

Côté anglophone, ça a plus l’air d’être « on se sert les coudes dans ce monde de sauvages ». Elles vivent aussi dans leurs monde, sans vouloir changer leurs mode de vies ni leurs habitudes. Mais je vous dirais ça après les avoir rencontré. Car oui, ne pouvant pas m’intégrer au groupe A, ni au groupe B (je risque de faire un meurtre ou changer de nationalité), mais pour que Petit Bonhomme puisse avoir une vie sociale, je cherche à m’intégrer au groupe C les anglophones.

Je tiens enfin à dire que les expatriés ne se résument pas à ces quelques spécimens. Ils y a de nombreux gentils expats qui font leurs vies, intégrés comme ils le peuvent à leurs quartiers et qui ne peuvent compter sur la présence qu’aucun compatriote. Tout le monde ne vit pas aux frais de la princesse pour l’avancement de carrière de Jules. Quand aux Japonaises… no comment !

Voilà, sur ce, je vous laisse, See U dolls !

E.S

Publicités